La chaudière pulsatoire

La chaudière gaz à combustion pulsatoire est une véritable innovation technique et elle aura tout pour vous plaire, car c’est une chaudière à la fois économique, écologique et performante. Ses caractéristiques s’inscrivent parfaitement dans les objectifs de la transition énergétique.

Comment fonctionne une chaudière pulsatoire ?

Son fonctionnement diffère des de celle des chaudières classiques, elle ne possède pas de bruleur à gaz. En effet, la combustion est déclenchée par une bougie d’allumage et se poursuit d’elle-même. Le principe des microcombustions régit le fonctionnement de la chaudière pulsatoire. Celles-ci se produisent dans une chambre de combustion intégrée à ce dispositif de chauffage. 18 serpentins en forme de spirales plongés dans un fluide de chauffage constituent le dispositif de chauffage.  

Voici les étapes du processus :

  • Un mélange air-gaz est injecté dans la chambre de combustion. Celle-ci est entièrement immergée dans l’eau. L’énergie consommée sera presque totalement transformée en chaleur qui sera transmise au fluide de chauffage, 
  • La bougie amorce l’allumage et une microcombustion s’opère,
  • La combustion produit des gaz chauds. Dès que le clapet se referme, les gaz de combustion s’échappent. Ceux-ci passent à grande vitesse et par saccades à l’intérieur des serpentins, ce qui provoque une dépression,
  • Le clapet s’ouvre à nouveau et le mélange air-gaz remplit de nouveau la chambre de combustion, comme au début. Et ainsi de suite, le cycle reprend à l’infini.

Grâce à la forme arrondie de la chambre de combustion et aux serpentins en forme spirale du dispositif de chauffage, les cellules d’échange thermique progressent de manière turbulente c’est-à-dire par pulsations (115 fois par seconde).

Choisir une chaudière pulsatoire : geste pour l’environnement et économies d’énergie

  • Elle est performante : l’énergie de départ, le gaz, est rentabilisée de façon optimale. Une grande partie de la chaleur des gaz est transmise au fluide de chauffage. Les gaz de combustion quittent la chambre de chauffe lorsqu’ils atteignent les 50 °C, ce qui permet une réduction des pertes thermiques. Celles-ci sont d’ailleurs estimées de3 à 6 fois moindres que celles d’une chaudière classique. De plus, elle est plus performante que les chaudières à condensation, car elle rejette environ 30 % en moins de CO2 dans l’atmosphère 
  • Elle est économique et écologique : du fait que le gaz est mieux utilisé, la chaudière se révèle économique. Elle est également écologique, car en consommant moins de gaz, elle contribue à la réduction des gaz à effets de serre. Elle permet 25 à 40 % d’économies de consommation de gaz. Elle consomme également 4 fois moins d’électricité qu’une chaudière à condensation, car il n’y a pas besoin d’extraire les produits de combustion 
  • Elle est facile à installer : comme les gaz de combustion ou fumées sont rejetés à 50 °C, l’installation d’un conduit de cheminée n’est pas nécessaire. L’installateur n’aura qu’à mettre en place un simple tube en PVC.

Il vous suffira de trouver un bon artisan qualifié pour vos travaux de rénovation. Il vous suffira de faire une demande de devis gratuit auprès de notre réseau de 1700 partenaires installateurs. 

Vous pourrez obtenir des aides pour financer votre rénovation énergétique

Le gouvernement incite les ménages français à délaisser leurs anciennes chaudières pour un mode de chauffage plus performant et plus écolo. L’achat d’une chaudière à combustion pulsatoire représente un investissement assez lourd. Mais comme elle permet de réduire la consommation de gaz et d’électricité, elle sera rapidement amortie. 

Le ménage sera éligible au crédit d’impôt de 30 % dans la limite d’un plafond de dépenses (arrêté du 1er mars 2019). Il pourra également bénéficier de la prime coup de pouce énergie ou prime écoénergie Gaz Tarif Réglementé. Il recevra l’aide sous la forme d’une déduction sur la facture ou d’un virement bancaire ou d’un chèque. 

Découvrir également :

Un renseignement ?
Contactez-nous !

Menu

BESOIN DE PLUS D’INFORMATION ?
PAR TÉLÉPHONE AU 0810 0810 59
OU EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE CI-DESSOUS

Les informations recueillies via le présent formulaire permettent d’établir un premier contact avec OMEO et ses équipes afin d’échanger sur un projet et/ou d’établir une relation de prestation de services. La finalité du traitement des données personnelles et/ou professionnelles repose sur la base légale de l’article 6.1.b du règlement nᵒ 2016/679, dit règlement général sur la protection des données (exécution d’un contrat ou de mesures précontractuelles). Les données collectées sont destinées au responsable du traitement, ses services internes en charge de l’établissement de devis, ses agents commerciaux, les sous-traitants opérant la gestion du serveur web (OVH et FLOW44), les sous-traitants de production ainsi que toute personne légalement autorisée à accéder à ces données (services judiciaires, le cas échéant). La durée du traitement des données et de leur conservation est limitée à une année au-delà de la dernière relation avec l’utilisateur. Après une année d’inactivité de l’utilisateur, la société s’engage à placer ces données dans une base d’exclusion. La fourniture des informations demandées au sein du formulaire est nécessaire pour  a minima d’un premier contact mais reste entièrement facultative. Le responsable du traitement est OMEO  au capital de 50 000 € dont le siège est situé 1 213 rue des saules, 59262 Sainghin-en-Mélantois, immatriculé au RCS LILLE METROPOLE 523 461 135.
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en nous écrivant à [ laurent@omeo.com ]. Vous disposez du droit de demander au responsable de traitement l’accès aux données à caractère personnel, la rectification ou l’effacement de celles-ci, ou une limitation du traitement relatif à la personne concernée, ou du droit de s’opposer au traitement et du droit à la portabilité des données. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.